Quelques termes techniques à comprendre avant toute chose. Les connaissez-vous ?

Créer, jouer et publier des jeux vidéos

Quelques termes techniques à comprendre avant toute chose. Les connaissez-vous ?

Bonjour,

Dans le monde de la création de jeux, il y a beaucoup de termes techniques qui désignent la plupart du temps des concepts très simples. Ces concepts pourtant simples à comprendre se cachent souvent sous des noms bizarres et en anglais la plupart du temps. Dans l’article d’aujourd’hui, j’ai recensé pour vous 7 termes parmi les plus utilisés et je vous les explique avec des mots qui sont faciles à comprendre. Nous découvrirons d’autres termes au fur et à mesure dans d’autres tutoriels et vidéos, mais d’ici là, découvrez ceux qui sont ci-dessous parce que je commencerai à les utiliser bientôt dans mes prochains contenus.

Gameplay

Le gameplay d’un jeu se définit par diverses choses à savoir : la jouabilité du jeu, la facilité ou la difficulté avec laquelle les actions sont accomplies, bref il correspond à l’ensemble des éléments liés au ressenti (positif ou négatif) du joueur d’un jeu. Dans ces éléments, on retrouve l’ensemble des règles qui définissent le jeu. Cela part des choix liés au game design et aux stratégies mises en place pour permettre au joueur d’atteindre les objectifs du jeu. Ainsi, à l’intérieur d’un gameplay, on retrouve :

  • La collecte d’informations dans le jeu
  • La façon d’effectuer des actions
  • Le nombre de ces actions
  • La jouabilité
  • La maniabilité (clavier, manette, souris, etc.)
  • La difficulté

FPS (Frames Per Second)

Dans un jeu, on trouve une boucle principale infinie qui se lance dès le démarrage du jeu et qui ne s’arrête qu’à la fermeture de la fenêtre du jeu. À chaque itération de cette boucle, une série de différentes actions est exécutée à savoir la mise à jour des contenus du jeu, la gestion des entrées du joueur à travers un clavier, une manette ou souris, l’affichage des données. Chacune des itérations de cette boucle est appelée frame. Ainsi, le nombre de frames par seconde (FPS) dans un jeu correspond au nombre d’itérations de cette boucle en une seconde. Pour donner un exemple, si vous définissez par exemple à 30, la valeur du FPS de votre jeu, ça veut dire que la série d’actions de votre jeu exécutée par cette boucle principale sera exécutée 30 fois en une seule seconde.

De manière générale, 30 FPS et 60 FPS sont souvent utilisés dans les jeux. 30 FPS est même presque devenu un standard pour les jeux mobiles. Cependant, utiliser 60 FPS par exemple rendra votre jeu plus fluide avec des mouvements plus rapides. Tout dépend de vous et de ce que vous voulez obtenir.

Note: Ne pas confondre le FPS dont on parle ici avec la vue de caméra nommée FPS (First Person Shooter) en 3D. En français, on le nomme la vue à la première personne.

Sprite

En 2D, on appelle sprite, les éléments qui constitue un jeu. Ce terme est souvent utilisé pour représenter un personnage (héros ou ennemi), un objet (dynamique ou statique), un obstacle, un arbre, une caisse, un caillou, un véhicule, une arme, etc. Ils peuvent être aussi utilisés dans la constitution de l’image du fond du jeu ou dans la création d’une carte de jeu (communément appelée map).

Pack cadeau de bienvenue

Map

Une map (carte en français) constitue l’environnement visuel sur lequel évolue le personnage d’un jeu. Elle est constituée en général du décor de l’environnement (gazon, arbres, obstacles, sol, etc.). Une approche erronée de la création d’une map est l’utilisation d’une grande image pour représenter chaque scène du jeu. De manière générale, une map est constituée de petites images de tailles égales sous forme de carré (forme la plus utilisée) ou d’une autre forme géométrique. Même s’il est possible de créer soi-même un éditeur de map, on peut aussi gagner du temps en utilisant certains éditeurs de map plus généraliste. Le plus célèbre, qui est gratuit de surcroit, se nomme Tiled et nous apprendrons comment l’utiliser dans les cours à venir.

Particules

Les particules permettent de concevoir des effets visuels que l’on peut utiliser pour rendre les jeux plus vivants ou pour ajouter du mouvement à vos scènes. Avec les particules, vous pouvez créer par exemple des effets de feu, de fumée, de pluie, d’explosions, de poussière, de neige et bien d’autres effets visuels. Les utiliser donnera un aspect presque pro à vos jeux donc ne vous en privez pas.

Moteur graphique

On peut définir un moteur graphique comme un ensemble d’API qui permet de gérer toute la partie liée à l’affichage dans un jeu. C’est grâce au moteur graphique que vous pouvez par exemple afficher les images à l’écran, afficher du texte (score, etc.), effectuer des transformations (translation, rotation, etc.), dessiner des figures géométriques, gérer l’animation, etc.

Moteur physique

Tout comme pour le cas du moteur graphique, un moteur physique est aussi un ensemble d’API. Dans ce cas, il permet de gérer toute la partie liée à la physique dans le jeu. Les fonctions d’un moteur physique permettent, entre autres, d’effectuer des mouvements réalistes, d’appliquer et de gérer l’effet de chute des corps sous l’effet de la gravité, de gérer les collisions entre les objets, de créer des déformations, d’appliquer des forces sur des objets dans le but de les déplacer ou de les animer, bref d’effectuer des simulations physiques dans l’environnement virtuel du jeu. Les particules par exemple dont nous avons parlé plus haut sont créées par le moteur physique.

Des questions ? Des commentaires ? Déposez-les ci-dessous et je vous répondrai. À bientôt 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
%d blogueurs aiment cette page :