Initiation au langage Lua (1ère partie)

Créer, jouer et publier des jeux vidéos

Initiation au langage Lua (1ère partie)

Nous voici dans la première partie de la série de 3 articles sur l’initiation à Lua. Si vous n’avez pas encore lu l’article sur la présentation du langage Lua, vous pouvez le faire en cliquant ici. Comme précisé dans un précédent article, je pars du principe que vous avez au préalable des notions de base en programmation donc je ne m’attarderai pas sur certains concepts que vous connaissez déjà.lua-logo_128x128

Vous trouverez dans cet article des exemples de code. Pour tester ou exécuter ces codes, lancez ZeroBrane Studio que vous avez installé dans un autre article. Créez un nouveau fichier et saisissez votre code ou le code des exemples donnés ci-dessous. Enregistrez les modifications et cliquez sur le bouton Exécuter (voir l’encadré en rouge sur la FIGURE 1). Le résultat de l’exécution s’affichera dans la console en dessous de l’IDE (encadré rouge sur la FIGURE 2).

FIGURE 1: Exécution du code

FIGURE 1: Exécution du code

FIGURE 2: Affichage du résultat

FIGURE 2: Affichage du résultat

Note : L’utilisation du point-virgule à la fin de chaque ligne de code est facultative en Lua. Que vous le mettez ou pas, votre code s’exécutera sans soucis.

Affichage en Lua

L’affichage à l’écran se fait avec la fonction print(). Elle prend en paramètre le texte ou la variable à afficher et peut s’utiliser avec ou sans parenthèses.

Exemple d’utilisation:

print("Bonjour Lua !")
print "Coucou Lua"

En ce qui me concerne et par habitude, je préfère la notation avec les parenthèses (que je trouve personnellement plus propre), mais vous pouvez utiliser celle que vous voulez.

Pack cadeau de bienvenue

Les variables

Les variables permettent de stocker des données dans la mémoire de l’ordinateur et de façon temporaire dans le but de les utiliser. Comme dans n’importe quel autre langage, on distingue aussi en Lua, les variables locales et les variables globales. Le typage des variables en Lua est dynamique. Cela veut dire que vous n’avez pas à préciser le type des variables que vous déclarez. Il suffit alors d’attribuer une valeur à une variable pour que son type soit automatiquement connu par Lua. Ainsi, si une variable reçoit comme valeur un texte ou un mot par exemple, son type est string et si on change la valeur de cette même variable après par un nombre, son type deviendra number.

On distingue au total 8 types de variables en Lua. Voici ci-dessous les plus utilisés :

  • nil: Ce type représente l’absence de valeur dans une variable.
  • string: il s’agit de l’un des types les plus connus en programmation. Il correspond à une chaîne de caractères qui peut se traduire par un mot, plusieurs mots ou une phrase.
  • number: En Lua, il s’agit du type qui permet de traiter les nombres. Contrairement à d’autres langages, Lua n’a pas un type dédié aux entiers naturels et un autre aux nombres à virgule. Ces deux formes de nombres sont tous gérées par le type number.
  • boolean: C’est le type booléen habituel connu dans d’autres langages. Il ne peut prendre que deux valeurs à savoir la valeur true ou false
  • table: Il s’agit du seul type en Lua qui permet de créer toutes les structures de données (tableaux, files, piles, tableaux associatifs). Nous y reviendrons dans la troisième partie de ce tutoriel d’initiation.
  • function: En Lua, une fonction est considérée comme une variable et est toujours déclarée avec le mot function. Nous parlerons des fonctions dans la deuxième partie de ce tutoriel d’initiation.

Note : Toute variable déclarée en Lua est par défaut globale même si elle a été déclarée à l’intérieur d’une fonction. Pour la rendre locale, il faut précéder sa déclaration par le mot spécial "local".

Exemples d’utilisation:

a=15 --a est une variable globale

local b=23 --b est une variable locale

print(a+b) --affichera 38 (addition des variables a et b suivi de l’affichage du résultat)

La concaténation

La concaténation en Lua se fait avec deux points alignés horizontalement (..) et non verticalement ( : ).

Exemples d’utilisation:

local nom="Billy"

local age=10

print(nom.." a "..age.." ans aujourd’hui")  --affichera Billy a 10 ans aujourd’hui

 

Les commentaires

Les commentaires en Lua se font de deux manières. S’il s’agit d’un commentaire qui ne couvre qu’une seule ligne de code, alors on précède cette ligne de deux tirets (--). Sur plusieurs lignes, on utilise la notation suivante : --[[ votre commentaire ici ]]--

Exemples d’utilisation:

-- ceci est un commentaire sur une seule ligne

--[[

Première ligne du commentaire étendu sur plusieurs lignes

Deuxième ligne du commentaire étendu sur plusieurs lignes

Troisième ligne du commentaire étendu sur plusieurs lignes

]]--

 

Les opérateurs arithmétiques

Il s’agit d’opérateurs que vous connaissez déjà (addition, soustraction, etc.), mais nous allons les rappeler ici.

  • + : addition
  • - : soustraction
  • * : multiplication
  • / : division (renvoie le quotient d’une division)
  • % : modulo (renvoie le reste d’une division)
  • ^ : exposant

Exemples d’utilisation:

local a=5*9

print(a) -- affichera 45

local b=12/5

print(b) -- affichera 2.5

local c=12%5

print(c) -- affichera 2

 

Les opérateurs de comparaison

Comme pour les opérateurs arithmétiques, vous connaissez probablement déjà les opérateurs de comparaison.

  • > : supérieur à
  • < : inférieur à
  • == : égale à
  • >= : supérieur ou égal
  • <= : inférieur ou égal
  • ~= : différent de

Exemples d’utilisation:

local a=10

local b=28

if (a<b) then

print("a est inférieur à b")

else

print("a est supérieur à b")

end

L’exécution de ce code affichera : a est inférieur à b

Les opérateurs logiques

  • and : et
  • or : ou
  • not : négation

Exemples d’utilisation:

local a=10

local b=28

if (a==10 and b==10) then

print("a et b sont égaux ")

else

print("a et b sont différents")

end

L’exécution de ce code affichera : a et b sont différents. Changez ensuite la valeur de b en 10 et vous aurez a et b sont égaux en affichage.

Ce sera tout pour la première partie de la série d’articles sur l’initiation à Lua. Dans la deuxième partie, nous parlerons des structures de contrôles, des boucles et des fonctions.

Ressources en ligne pour apprendre le langage Lua

À la fin des 3 articles sur Lua, je vous donnerai des exercices à faire dans le but de vous exercer avant le début des premiers tutoriels et vidéos sur Corona.

Des questions ? Des observations ? Déposez-les ci-dessous dans les commentaires et je me ferai un plaisir de vous répondre. À bientôt

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
%d blogueurs aiment cette page :